jeudi 27 avril 2017

ARTHRITE RHUMATOÏDE JUVENILE


L'arthrite juvénile idiopathique (AJI) est une forme d'arthrite inflammatoire chronique qui touche les enfants de 16 ans et moins. Auparavant appelée arthrite rhumatoïde juvénile, l'AJI est l'une des affections chroniques les plus courantes chez les enfants (1 sur 1000).

Définition

  • Atteintes inflammatoires articulaires sans cause reconnue
  • Inflammation du tissu synovial aseptique
  • Début avant 16 ans
  • Évoluant depuis plus de 6 semaines
  • Diagnostic d’exclusion
AJI = diagnostic d’exclusion
à Penser aux diagnostics différentiels:
  • Infectieux (septique, lyme…),
  • Tumoral (T. osseuses, hémopathies, neuroblastome, lymphomes, angiome intra-articulaire…)
  • Traumatique, mécanique
  • A.réactionnelles( corps étrangers)
  • A. auto-immunes,
  • Lupus Erythémateux Disséminé
  • Sclérodermie
  • Dermatopolymyosite
  • Sarcoidose

On parle de maladie auto-immune lorsque le système immunitaire se dérègle et s'attaque aux tissus sains des différentes parties de l'organisme qu'il est sensé protéger, causant de l'inflammation et des dommages. Dans le cas de l'AJI, les articulations sont touchées par l'inflammation et deviennent raides, douloureuses et enflées. Certains enfants souffrent même d'inflammation de l'œil. Dans des manifestations graves de certaines sous-formes, le cœur ou les poumons peuvent être atteints.

L'AJI touche un peu plus souvent les filles que les garçons mais peut affecter des enfants de tous âges, du bambin à l'ado. Bien qu'on ne puisse guérir l'AJI, il existe des traitements efficaces pouvant prévenir les dommages permanents aux articulations, diminuer les risques d'invalidité et mener à une rémission.

L’AJI se caractérise par une inflammation chronique sans suppuration de la synoviale.
 A l’examen microscopique :
-         le tissu synovial atteint est œdémateux, et infiltré de lymphocytes et de plasmocytes avec sécrétion importante de liquide articulaire .
-         des franges de la synoviale épaisses forment des villosités qui débordent dans l’espace articulaire, la synoviale hyperplasie peut s’étendre et devenir adhérente au cartilage (pannus).


Diagnostiquer l'arthrite juvénile idiopathique

Selon les critères de la Ligue internationale des associations pour la rhumatologie (ILAR), il existe sept sous-formes d'AJI :
  • Oligo-articulaire : la plus répandue. Un diagnostic qui frappera environ la moitié des enfants atteints d'AJI. Quatre articulations ou moins sont atteintes, généralement les genoux, les chevilles ou les poignets. Jusqu'à 20 % des enfants atteints souffriront d'uvéite (inflammation de l'œil).
  • Oligo-articulaire étendue-environ 30 % des enfants atteints d'AJI et dont moins de quatre articulations sont atteintes verront la maladie s'étendre à plusieurs articulations au cours de son évolution. C'est pourquoi on la qualifie d'" étendue ".
  • Polyarticulaire (facteur rhumatoïde positif et négatif) :cinq articulations ou plus sont affectées. Toute articulation peut être touchée et les manifestations sont généralement symétriques (la même articulation des deux côtés). Les enfants avec facteur rhumatoïde positif sont plus gravement affectés et de façon plus persistante par la forme polyarticulaire.
  • Enthésite apparentée : forme affectant plus généralement les enfants d'âge scolaire et les plus vieux, et plus souvent les garçons que les filles. Les grosses articulations comme les hanches, les genoux et les chevilles de même que le cou et le dos sont visées. Certains de ces enfants souffriront d'enthésite (inflammation des tendons et ligaments). Un faible pourcentage souffrira éventuellement de spondylarthrite ankylosante.
  • Psoriasique : les enfants peuvent souffrir d'arthrite et de psoriasis, ou d'arthrite avec des antécédents familiaux de psoriasis. Cette forme peut affecter toutes les articulations.
  • Systémique (généralisée) :forme la plus grave de la maladie. Elle affecte environ 10 % des enfants ayant reçu un diagnostic d'AJI. Les enfants atteints de la forme généralisée présentent des poussées de fièvre (souvent élevée), des éruptions cutanées, des articulations et même des organes enflés.
Au premier stade, les enfants atteints se plaignent le plus souvent de douleurs articulaires accompagnées d'enflure et de raideur.
D'autres signes avant-coureurs peuvent se manifester au début de la maladie :
  • Changements dans la capacité de l'enfant à participer aux activités normales, comme les sports et les activités scolaires, à cause de la douleur articulaire
  • Irritabilité, coïncidant avec la douleur chez l'enfant
  • Refus de marcher, boitillement. Un enfant qui sait très bien marcher pourrait se remettre à " ramper "
Parce que les premiers symptômes de l'AJI ressemblent à ceux de maladies infectieuses, de cancer, de problèmes osseux ou d'autres maladies inflammatoires, le médecin doit tout d'abord exclure ces possibilités.

En plus d'un examen physique complet et de l'investigation des antécédents familiaux, le médecin peut demander une batterie de tests afin d'exclure toute autre possibilité et confirmer le diagnostic. Toutefois, aucune analyse sanguine ne peut confirmer le diagnostic d'AJI.


Douleurs de la Hanche

  • Boiterie (refus de marche chez le tout petit)
  • Limitation des amplitudes articulaires (RI+++)
  • Rhume de hanche
  • Ostéoarthrite
  • Ostéochondrite de hanche
  • Epiphysiolyse

Rhume de Hanche ou Synovite Aiguë Transitoire de Hanche

  • Pic de fréquence: 2-6 ans
  • Boiterie ou refus de marche
  • Limitation articulaire
  • Pas de température

Examens Radiologiques 

  • Radiographies normales
  • Echo: épanchement
Le rhume de hanche est le nom donné à une synovite aiguë transitoire.
Cette affection désigne une boiterie qui affecte généralement les enfants ayant entre 3 et 10 ans. Le rhume de hanche se manifeste par une douleur brutale (type crampe musculaire) qui va de la hanche au genou. Cette douleur empêche de marcher. En cas de rhume de hanche, à l'examen clinique, le médecin constate que la hanche est limitée dans la plupart de ses mouvements (extension, abduction, rotation interne). Le rhume de hanche s'associe souvent à une légère fièvre.


Définition
Une synovite aiguë transitoire de la hanche, appelée plus communément rhume de hanche, est une inflammation de l'articulation de la hanche. Elle apparaît fréquemment dans les suites d'une infection virale. Cette maladie infantile bénigne, touche le plus souvent les garçons âgés de 3 à 5 ans, mais elle peut se rencontrer jusqu'à l'âge de 10 ans. Le rhume de hanche apparaît de manière saisonnière, préférentiellement en hiver et au printemps. Son incidence annuelle est de l’ordre de 0,2 pour 100 enfants.

Symptômes
Les symptômes du rhume de hanche sont notamment une douleur d'une des deux hanches, une limitation des mouvements, une boiterie voire une impossibilité de marcher. La fièvre est absente ou très modérée.

Diagnostic
Le diagnostic du rhume de la hanche sera suspecté devant l'existence d'une infection virale dans l'histoire récente de l'enfant. Fréquemment, dans les semaines précédant l'apparition de ces symptômes, les parents se souviendront d'une rhino-pharyngite ou d'une autre pathologie infectieuse contractée par leur enfant. En cas de doute, une radiographie du bassin et de la hanche atteinte, plus rarement une échographie, pourront être réalisées. En cas de non-amélioration après une semaine d'évolution, une scintigraphie sera envisagée.


Synovite aiguë bénigne transitoire ou « rhume de hanche » Cette entité de mécanisme inconnu est la cause la plus fréquente de pathologie de hanche entre trois et dix ans. L’incidence annuelle est de l’ordre de 0,2/100 enfants avec une prédominance masculine (70 %) et une nette prédominance saisonnière (hiver – printemps). Un facteur viral est envisagé à l’origine de l’hypersécrétion de liquide synovial en raison de la survenue fréquente au décours d’un épisode ORL. Cependant, aucun virus n’a été mis en évidence par les études sérologiques, de même qu’il n’a pas été retrouvé de terrain génétique prédisposant ; les rares études histologiques ne retrouvent pas d’hyperplasie synoviale. Le tableau clinique est stéréotypé : survenue brutale sans facteur déclenchant souvent le matin au réveil d’une douleur intense plus ou moins bien localisée à un membre inférieur avec impotence fonctionnelle. L’enfant est en bon état général, apyrétique ; la hanche est limitée en abduction et rotation interne. La radiographie standard est normale ou objective un bombement capsulaire.

Le mode évolutif est un argument diagnostique supplémentaire : régression des symptômes en cinq à huit jours, spontanément, aidée par un repos (le plus souvent relatif) et un court traitement anti-inflammatoire symptomatique. Toute atypie initiale et/ou évolutive doit obligatoirement conduire à rediscuter le diagnostic et à pratiquer initialement une ponction articulaire (pour exclure une arthrite septique) et ultérieurement une scintigraphie osseuse (pour exclure une ostéochondrite), le diagnostic de synovite aiguë bénigne transitoire restant un diagnostic d’exclusion. À noter que la formule du liquide est inconnue, les patients étant habituellement ponctionnés en contexte d’urgence avec l’indication d’exclure par l’examen direct et la culture une arthrite septique. Il faut souligner que des rechutes sont possibles en nombre limité (deux à trois), après des délais variables, homo- ou controlatérales et que pour certains un contrôle d’imagerie à trois mois est systématique pour ne pas méconnaître une ostéochondrite révélée par un épanchement articulaire. Le pronostic reste globalement excellent avec absence de séquelle et d’évolutivité à l’âge adulte.

Traitement basé sur la discrimination des différents syndromes en MTC de l’AJI:

1-SYNDROME DE CHALEUR: 

  • Yin vide, chaleur interne
  • Chaleur humidité

2-SYNDROME DE FROID HUMIDITE

3-VIDE DE SANG ET DE QI


Techniques de la pédiatrie sino japonaise ® et moxibustion

Pour le soulagement de la douleur et accroître la mobilité des articulations, choisir des points locaux autour des articulations touchées ainsi que des points distants sur les canaux affectés.
-         Pour les situations de chaleur, utiliser les techniques de la pédiatrie sino-japonaise ®.
-         Pour les situations de froid et de vide, utiliser la moxibustion.

S'il y a des signes et des symptômes de stase de sang, faire une saignée sur tous les vaisseaux visibles, même si ceux-ci sont éloignés de la zone de la douleur et de l'inconfort.

A titre indicatif :
  • Pour le vide de yin : Rt6-R3-V23-R1
  • Pour le Vide Froid, moxa : VC4-E36-V23-VG4-R3-9Rt
  • Pour le Vide de Sang et de Qi : E36-Rt6-V15-V17-V20.

Traitements complémentaires

Parce que la polyarthrite rhumatoïde est une maladie immunitaire qui tend à évoluer à partir d'allergies multiples et / ou persistantes, un régime clair, fade, hypoallergénique, sans levure est absolument nécessaire afin d'obtenir des effets durables. Semence Coicis Lachryma-jobi (Yi Yi Ren) fait une excellente boisson ou thé de fond et la principale céréale devrait être le riz.

Commentaires

La polyarthrite rhumatoïde est considérée comme une maladie difficile à traiter. Elle ne peut être traitée avec la médecine chinoise que s'il existe un régime alimentaire approprié. La cause est la perméabilité intestinale, la dysbiose intestinale et les intolérances alimentaires dont fait partie de cette situation . La plupart des patients ont donc une combinaison d'une chaleur humidité et d'un vide sous-jacent de la Rate et du Rein. Le Vide du Rein peut être du yin ou yang même s'il y a une chaleur humidité. Mais aussi, parce que ce problème a tendance à être une maladie chronique ou durable, qu’il faut se rappeler que les maladies chroniques pénètrent dans le système des canaux. Cela signifie que la stase sanguine dans les canaux est souvent un facteur de complication dans les maladies persistantes ou durables et surtout celles impliquant de la douleur.

Techniques avec la médecine traditionnelle chinoise sur le traitement topique des enfants avec synovite transitoire de la hanche dans 57 cas (de septembre 2005 à septembre 2007

De: Liu Xiaogang, Li un trésor, Jin Jiang Ting, Tong Qiu

Objectif :
Pour résumer l'approche du traitement de la médecine chinoise sur les enfants atteints de synovite transitoire de la hanche.

Méthodes : 57 cas étaient des enfants traités par des traitements anti-inflammatoires et application externe sur la zone douloureuse.
Résultats :  Le taux de guérison de 52,6%  sur 1 semaine, 2 semaines taux de guérison de 47,4%, le taux de guérison total était de 100%.
Pratiques : Conclusions et traitement de médecine chinoise traditionnelle des enfants avec synovite transitoire de la hanche est efficace et simple.
Les données cliniques
Informations générales
Le groupe de 57 patients, 27 hommes et 30 femmes; tranche d’âge de 3 à 10 ans avec une moyenne de 7,3 ans; la plus courte durée est de 4 h, jusqu'à 7 mois; hanche gauche dans 25 cas, 32 cas de la hanche droite.

Le diagnostic est basé sur l’examen clinique fondamental:
Motif de consultation : apparition brutale d’une douleur de la hanche
Observations
  • Inégalité de la longueur des membres inférieurs (côté plus court, contracture des fessiers du même côté)
  • Rechercher une limitation de mobilité articulaire  (recherche symétrique) :apparition de la douleur lors de la flexion de hanche à plus de 90°
  • Asymétrie de la hanche et des plis de l’aine
  • Tuméfaction des parties molles
  • Rx négatif : pas d’anomalie articulaire
  • Observation la marche : attitude pseudo paralytique ou attitude antalgique en flexion avec refus d’appui.
Méthodes de traitement et précautions
Thérapie manuelle : Tuina
La première étape: les techniques de décontraction.
  • Enfants de position en décubitus dorsal : Mofa avec la paume autour de l’articulation de la hanche durant 5 min, pour enlever la tension psychologique de l’enfant et soulager localement les spasmes des tissus mous.
  • Ensuite Nafa Chafa sur la cuisse durant 5 min, jusqu'à ce que les quadriceps et les adducteurs soient décontractés, ainsi que les genoux, les fléchisseurs de la hanche.
Deuxième étape
  • Enfant en décubitus latéral, côté douloureux vers le haut Roufa sur les points Ashi durant 1 ~ 2 min. Extension-flexion de la hanche-genou + Yaofa
  • Traitement quotidien, durant l ~ 3 semaines.
Conseils
Après la séance rester au lit, éviter de lever et mettre position de rotation externe le membre inférieur, comme monter les escaliers sur le côté.
Résultat du traitement
  • Guérit: Les symptômes ont disparu, membres inférieurs sont de longueur égale, plus de tuméfaction des tissus mous.
  • Amélioration: les symptômes ont disparu sans boiter, les membres inférieurs de de même longueur.
  • Sans résultat: pas d'amélioration des symptômes et des signes.
Première semaine : guérison pour 30 cas (52. 6%) ; pour les 2 semaines : guérison dans 27 cas (47,4%), le taux de guérison était de 100%.

A lire également
Cas cliniques: polyarthrite juvénile par insuffisance du déploiement de la forme par Frédéric Breton


Sources


  • Jiang Jun. Manipulative therapy of pediatric hip in 48 cases of bursitis.
  • Henan Journal of Traditional Chinese Medicine, 2002,17 (4): 496.
  • Wang Ming. Orthopedics scientific basis for \ [M \]. Shanghai: Shanghai Science and Technology Press, 1996:300.
  • Juhi law. Practice treating children 18 cases of hip bursitis \ [J \]. Practical Traditional Chinese Medicine, 2003,19 (2): 86.
  • Roads. Massage and Herbal Penetration treatment of pediatric hip joint in 27 cases of traumatic bursitis \ [J \]. Clinical Journal of Anhui Traditional Chinese Medicine, 1996,8 (6): 276.
  •  http://eng.hi138.com/medicine-papers/clinical-medicine-papers/201105/312184_techniques-with-traditional-chinese-medicine-on-the-topical-treatment-of-children-with-transient-synovitis-of-the-hip-in-57-cases.asp#.WHjRedLhBrQ
  • http://jointhealth.org/aboutarthritisdiseasespotlight.cfm?id=21&locale=fr-CA
  • « A hanbook of tcm pediatrics » by Bob Flaws
  • « Boîteries et Douleurs du Membre Inférieur chez l’enfant Boiteries et Douleurs du Membre Inférieur chez l’enfant » Dr Franck LAUNAY Service de Chirurgie Orthopédique de Hôpital Timone.
  • Formation CFTMC : pédiatrie sino-japonaise

jeudi 30 mars 2017

LES ALLERGIES ALIMENTAIRES, MTC ET SYNDROME KISS

Le but de cet article est de vous informer de l’impact du syndrome KISS dans le problème des intolérances et allergies alimentaires, du point vu de la médecine traditionnelle chinoise et de pouvoir entrevoir à des solutions et pouvoir accéder à une santé optimale. 

Définition

  1. L’allergie est une réaction du système immunitaire à des éléments externes à l’organisme. Elle peut se manifester sur la peau, dans les yeux, les voies respiratoires, le système digestif, etc et de différentes façons, de la plus bénigne (rougeurs cutanées) à la mort brutale par choc anaphylactique.  
  2. L'intolérance alimentaire est ainsi une réaction négative à un aliment, une boisson, ou un additif alimentaire, qui n’est pas correctement digéré.
Les allergies alimentaires apparaissent habituellement avant l’âge de 4 ans. À cet âge, le système digestif ainsi que le système immunitaire ne sont pas encore matures, ce qui rend plus susceptible aux allergies. Il faut noter que la fréquence des allergies dans la population a fortement augmenté depuis 30 ans, 40 % à 50 % de la population des pays industrialisés souffrant d’allergies. Ainsi, 10% à 20% de la population est concernée par le rhume des foins (rhinite allergique) tandis que les allergies aux acariens concernent 10% de la population française.

Les allergènes alimentaires les plus fréquents sont :les arachides, le lait de vache, les oeufs, le blé, le soja, les noix, le sésame, les poissons, les crustacés et les sulfites (un agent de conservation) ;

Les intolérances alimentaires couvrent une large gamme de réponses physiologiques associées à des aliments particuliers. À la différence de l'allergie alimentaire, elle implique le métabolisme, mais pas le système immunitaire.

On peut être allergique au blé étant bébé, puis on guérit en «mûrissant » vers l'âge de 1 ou 2 ans. 50 % des enfants acquièrent une tolérance à l'âge de 5 ans, 75 % à l'âge de 8 ans. Reste une part de cette population intolérante au gluten qui devra éviter cette protéine qui agit comme de la toile émeri sur les parois de l'intestin. On parle de maladie cœliaque. L’ingestion de gluten déclenche une réaction immunitaire qui aboutit à une réaction inflammatoire chronique et atteint les tissus, en particulier du système digestif.

Dans 80 % des cas, les bébés allergiques aux protéines de lait de vache souffrent d’eczéma, appelé aussi dermatite atopique. Une affection qui se caractérise par une peau sèche ainsi que des plaques rouges, localisées à différents endroits du corps.
Dans les cas les plus sévères, il existe des lésions cutanées au niveau du visage, des plis du coude ou sur les bras.

Les principales  allergies sont :
  • le lait : 90 % des allergènes de lait de vache, chèvre et brebis sont communs. L'allergie au lait de vache débute dès les premières semaines chez certains nourrissons. Troubles digestifs et eczémas sont les symptômes courants.
  • L'œuf qu'il soit de poule de caille ou de canard est composé d'un jaune avec un peu d'albumine (protéine allergisante) et d'un blanc avec beaucoup d'albumine. On l'introduira dans la diversification alimentaire du nourrisson très tranquillement vers l'âge d'un an, en proposant d'abord du jaune cuit.
  • L’arachide : elle a un fort pouvoir allergisant dû aux protéines présentes dans la graine de la plante. De plus, un tiers des allergiques à l'arachide ont aussi une allergie associée aux fruits secs à coque (noix, noisette, amande, noix de cajou, pignon...).
  • Le poisson surtout les crustacés.
  • Les allergiques au kiwi développent, dans 45 % des cas, une réactivité à l'avocat, la banane et la châtaigne.

 Allergie au lait maternel
Bien que rares, des allergies au lait maternel sont à signaler. Elles surviennent quand la maman consomme beaucoup de laitages, fromages, yaourts, crèmes... Les protéines des ces produits passent alors dans le lait maternel.  L'alimentation de la maman doit donc être revue si bébé fait des allergies. Dans les textes classiques de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), notamment de  Li Shi-zhen (李时珍) (1518-1593), il est dit : « Le lait maternel n'a pas une nature fixe. Si une femme est équilibré, si ses aliments et boissons sont fades [c'est-à-dire qu'ils ne sont ni trop salés, ni trop piquants, ni trop sucrés, ni cuits à trop grand feu, ni trop froids etc], son lait sera équilibré. Si une femme est irritable, qu'elle boit de l'alcool et mange des [aliments] piquants, ou bien si elle a une maladie du feu, son lait sera chaud »…

Toutes les protéines alimentaires ingérées par la mère peuvent passer dans son lait. La présence de ces protéines reflète probablement un phénomène physiologique qui pourrait avoir un rôle dans le développement d’une réponse immunitaire adaptée de l’enfant vis à vis de ces antigènes. C’est à dire que le passage des protéines ingérées dans son lait permettraient à l’enfant allaité de plus facilement tolérer les différents aliments introduits lors de la diversification. Néanmoins il est maintenant reconnu que ces protéines peuvent aussi induire une sensibilisation chez le nourrisson, voire déclencher des manifestations allergiques.

Quand la protéine destinée à un autre animal, pénètre dans le corps et rentre en contact avec notre système immunitaire, une réponse allergique/immune se déclenche dans plusieurs endroits du corps. Une réaction classique de notre système immunitaire à ce type « d’attaque » est  un épanchement, une effusion de mucus.

Le mucus, c’est tout simplement une sécrétion visqueuse de notre corps, qui a pour but d’entraîner avec elle poussières et microbes. Le nez coule, c’est parce que votre corps a trouvé un moyen visqueux et fluide, de se débarrasser de ce qui perturbe la santé. Le lait est un incroyable producteur de mucus.

Le mucus durcit et colmate tout ce à quoi il se colle dans l’intestin grêle, gênant énormément les fonctions de l’organisme. Le mucus migre dans les cavités sinusales et nasales pour être évacué.

La production de mucus tend à aggraver les problèmes d’allergies, asthme, eczéma, bronchites, des problèmes de sinusites et infections de l’oreille récurrents. Il crée les problèmes récurrents de nez qui coule, les douleurs persistantes de gorge et d’accumulation de phlegmes, les bronchites et les infections des oreilles (otites) qui sont le fléau de nombreux enfants.

Le Dr.Ellis (spécialiste en immunologie et allergie pédiatrique) affirme que cet excès de mucus, peut durcir jusqu’à produire une couche sur les parois internes des intestins, freinant l’absorption de nutriments et possiblement menant à un état de fatigue chronique.

Les principaux symptômes
L’intolérance  : anémie, fatigue, effets sur la mémoire et l’apprentissage, diminution à la socialisation, dépression, troubles du sommeil, constipation, diarrhée, gaz intestinaux, agitation, hyperactivité, colique, nausées, vomissements, reflux gastro oesophagien.

Que dit la médecine traditionnelle chinoise à propos des allergies alimentaires?
La médecine traditionnelle chinoise (MTC) a été largement utilisé en Chine pour traiter diverses maladies depuis des milliers d'années. Compte tenu de sa réputation pour son efficacité, à faible coût, la MTC attire les sociétés occidentales avec grand intérêt, comme une source thérapeutique pour un large éventail de maladies, y compris les allergies alimentaires. Bien que l'allergie alimentaire n'ait pas été décrite dans la littérature de la MTC, des traitements ont été développés en utilisant les principes de la MTC et son arsenal pharmacologique.

La pratique de la MTC ne se concentre pas uniquement sur la maladie ou un seul organe. Au contraire, il met également l'accent sur l'établissement et le maintien de l'équilibre du yin-yang (deux en face, mais les forces complémentaires), l'homéostasie des systèmes d'organes dans le corps, et les interactions avec l'environnement. Les concepts et la terminologie de la MTC ne peuvent être facilement convertis en médecine occidentale.

Selon la MTC, les enfants ne sont pas seulement considérés comme des adultes en miniature, mais ils sont également soupçonnés d'être immature à la fois physiquement et fonctionnellement. La plupart des plaintes pédiatriques courantes sont dues à cette immaturité. La médecine chinoise déclare que, parce que le corps des enfants sont immatures et donc intrinsèquement faible, ils sont sensibles aux maladies qui affectent les poumons comme le rhume, la toux, l’eczéma, l'asthme et de la rate (ou troubles digestifs) tels que des coliques, des vomissements, la diarrhée, l'indigestion, allergies alimentaires et les maux d'estomac. En pratique clinique, il est courant de constater que des problèmes respiratoires ont débutés ou aggravés à cause d’une digestion défectueuse en raison d'une mauvaise alimentation.

La médecine traditionnelle chinoise nous enseigne aussi que de très nombreuses allergies
alimentaires font leur lit sur un vide de Rate qui engendre de l'humidité trouble, de la chaleur humidité ou des mucosités ou tout ça en même temps. L'intolérance au gluten est typique de ce qui est provoqué par une déficience de la Rate. L'ingestion de blé (ou tout autres céréales de la même famille) ou d'un de ses dérivés induit : diarrhée avec présences de glaires, météorisme, fatigue, amaigrissement, hypotonie musculaire.

LE NERF VAGUE
Le nerf vague (ou nerf X ou nerf pneumogastrique) est responsable de l’innervation (et donc du fonctionnement) d’une grande partie du système digestif. Il part du crâne, descend le long de l’œsophage jusque dans l’abdomen. Si le nerf vague est comprimé ou irrité, l’information qu’il envoie au système digestif peut être « altérée » et provoquer notamment le relâchement du sphincter entre l'oesophage et l'estomac. Ce relâchement favorise l'apparition de reflux oesophagien , par exemple.

Le nerf vague contrôle les cordes vocales, permet d'avaler, maintenir le larynx ouvert pour respirer, ralentir le rythme cardiaque (quand c'est nécessaire), démarre et contrôle la digestion, provoque les réactions d'inflammation, influence de nombreuses glandes endocriniennes, c'est-à-dire les glandes qui produisent des hormones, ces précieux liquides qui influencent les fonctions vitales : glandes surrénales (hormones du stress), thyroïde, pancréas, qui produit l'insuline qui régule le sucre sanguin et le stockage des graisses.

La plupart des patients qui présentent des symptômes d'un nerf vague irrité ont ce qui pourrait être décrit comme un syndrome de la Rate-Estomac, de la vésicule biliaire et le cœur dans le cadre de la médecine traditionnelle chinoise. 

Un mauvais positionnement de C0-C1 peut comprimer des faisceaux nerveux et avoir des conséquences négatives sur le bon fonctionnement des nerfs crâniens IX-X-XI.

De la même manière que l’on serre le câble de l’antenne télévisée avec une pince, on ne peut plus voir une émission de télévision, les impulsions électriques qui transitent par le système nerveux peuvent être modifiées et affaiblies ou bien être totalement inexistantes.

Le nerf vague, qui fait partie du système nerveux autonome, est le dixième nerf qui part du crâne. C’est le nerf le plus long, le plus important et le plus ramifié du système nerveux parasympathique.

Le nerf vague participe à la régulation de presque tous les organes internes. Le nerf vague innerve le larynx, le pharynx, la partie haute de l’œsophage, une partie du conduit auditif externe, le cœur, les poumons, l’estomac et l’intestin.

Le nerf vague, qui a un diamètre de 2 à 3 mm au niveau du cou, passe le long de l’artère carotide et de la veine jugulaire interne, immédiatement devant l'Atlas. C'est pourquoi, si l’Atlas n'est pas positionné de façon correcte, le nerf vague serait le premier à en pâtir, provoquant les classiques symptômes de compression vagale.

Le Foyer Moyen  est chargé de faciliter le traitement des nutriments issus de la digestion des aliments. Les causes les plus fréquentes de déséquilibre dans le Foyer Moyen sont l’alimentation inadéquate, la compression du nerf vague, la surstimulation mentale, la surexcitation émotionnelle et une mauvaise synchronisation des vaccinations. Lorsque ces déséquilibres surchargent le Foyer Moyen, nous commençons à voir de la stagnation du Qi et du sang sous forme de Mucosités, des altérations de la circulation du Qi et du Xue (tête chaude et le tronc et les membres froids).

Quand on regarde les Organes Zang fu , on constate l’importance du positionnement de l'atlas. Chaque organe associé aux canaux, à savoir Poumon, Gros Intestin, Estomac, Rate, Coeur, l' Intestin Grêle, du Rein, du Péricarde, Triple Réchauffeur, la Vésicule Biliaire et du Foie, tous ont une connexion neurologique et énergétique directe ou indirecte avec l’atlas (C1), à l'exception de la vessie. Cependant l' un des points les plus importants ayant un impact direct sur C1 est le point V10, qui est situé directement sur l'atlas là  où la vessie méridienne se divise pour former deux canaux paravertébraux distincts vers le bas de la colonne vertébrale afin d' inclure les points shu Bei . 

Chez les petits patients, stimuler sur le canal divergent de la Vésicule Biliaire peut apporter un soulagement presque immédiat sur les effets d'une compression du nerf vague. Les points habituellement utilisés sont les VB20-VB21-VB 30-VB 34-F 3, PC6-Rt 4- F 14-V10. Ceci dit, le trajet du nerfs vague suit celui du canal du Shao Yang pour la nuque et les trapèzes et du canal du Yang Ming, pour le SCOM et la la cage thoracique. Des tensions sont à noter tout le long de ces canaux.

La séance pédiatrie Sino-Japonaise ®  régulière avec ou sans pharmacopée chinoise, réduit l'inflammation gastro-inteninale qui est souvent à l'origine des troubles digestifs et apaise le nerf irrité.

Prévenir les allergies alimentaires d’après la MTC

En termes de prévention et de traitement des problèmes de santé chez les nourrissons et les enfants, le régime alimentaire est extrêmement important. Quel que soit le traitement choisi, les maladies de la plupart des enfants devraient entourer la régulation et le renforcement de la digestion.
Chez les jeunes enfants, les exigences sont placées sur Qi de la Rate, car dans les premières années de la vie, la croissance est particulièrement rapide, mais le Qi n'a pas encore été consolidés et les fonctions des organes ne sont pas encore matures.

La digestion est comme un processus de cuisson, d'extraction et de distribution. Le Ventre contrôle " la pourriture et la maturation de la nourriture et est comme un chaudron bouillonnant" (Nan Jing, chapitre 31), tandis que la Rate sépare la partie claire de ce qui a été digérée par la partie trouble, l'envoi évident du Qi vers le haut où il devient le Qi et le Sang ; la partie trouble est dirigée vers le bas où il est éliminé par miction et défécation. Le Qi de la Rt  doit être présent en quantité suffisante pour exercer ses fonctions, et pour que les jeunes enfants puissent faire le meilleur usage possible du Qi des aliments (Gu Qi), la nourriture qu'ils mangent ne devraient pas consommer trop de Qi pendant le processus de digestion.

Le Qi de l’enfant est placée sous forte pression pour faire face aux exigences du développement mental et physique et la défense de l'organisme contre l'invasion par des agents pathogènes extérieurs. Une grande partie du Qi de l'enfant sera utilisé à la défense du corps contre les attaques au détriment du développement de l’enfant. De même, si la nourriture est difficile à digérer, trop de Qi sera utilisé à sa transformation au détriment des autres fonctions organiques.

  • Si la fonction de transformation et de transport du « Foyer Moyen » est affaibli, l’énergie issu des aliments (nutriments) ne peut pas être transformé en Qi  nécessaires à la vie.
  • Si la Rate n'est pas en mesure de remplir sa fonction de séparer le clair du trouble, ils vont rester mélangées et la partie trouble, qui est toxique pour l'organisme, restera à l'intérieur et l'endommager.
  • S'il n'y a pas assez de Qi pour transformer l'humidité, cette dernière va s'accumuler et peut se transformer facilement en Mucus, rendant la circulation de l’énergie plus difficile.
Toutes ces situations contiennent fréquemment un élément provenant des irrégularités alimentaires. De nos jours, le terme « irrégularité » signifie généralement une suralimentation, qui est un surplus qui ne se réfèrent habituellement pas tant à la quantité consommée lors d’un repas, mais plutôt à la qualité de ce qui est mangé et la fréquence d'ingestion.

L’accumulation alimentaire, dont fait partie l’allergie alimentaire est le facteur sous-jacent dans la plupart des cas quand un enfant ne se sent pas bien. L’obstruction du Qi produit essentiellement soit des signes tels que l ‘écoulement nasale, toux, maux d'oreilles, reflux oesophagien et de l'eczéma ou les manifestes avec des éléments émotionnels et comportementaux tels que la difficulté à dormir, l'hyperactivité et l'irascibilité.

Le principe général à suivre dans de tels cas est de favoriser la digestion, ce qui est souvent surchargé et surmené par erreur, mais malheureusement cela est de monnaie courante, les attitudes envers la nourriture et l'alimentation - donner du lait trop souvent, apporter de la nourriture difficile à digérer  pendant la phase de sevrage ou offrir de trop nombreux aliments «nuisibles» pendant la petite enfance.

L' introduction correcte des aliments solides est une étape importante dans le développement de l'enfant et (si cela est fait correctement) cela peut prévenir diverses maladies la survenue de maladies. La limitation des sucreries et des produits laitiers est aussi important pour la santé d'un enfant. Selon la MTC, les sucreries endommagent la rate (ou digestion), tandis que les produits laitiers sont trop « humides ». Les jus de fruits contiennent beaucoup de sucre et doivent être diminués ou éliminés de l'alimentation de l'enfant.  La majorité des aliments un enfant mange doivent être cuits parce que les aliments cuits sont plus faciles pour eux de digérer en raison de leur digestion immature. 

 Maria Rando Gonzalez, praticienne, formatrice tuina  et directrice du  CFTMC. 
 www.medoucine.com
https://allergies.afpral.fr
http://www.magicmaman.com
www.allergienet.com
http://colopathie.canalblog.com

lundi 9 janvier 2017

SYNDROME D’ACCUMULATION ALIMENTAIRE-Ji Zhi


 C'est l'ensemble d'une série de symptômes causés par la mauvaise digestion et l'accumulation d'aliments. Le syndrome de l'accumulation d'aliments est très couramment rencontré dans la pédiatrie. Il est à l'origine de beaucoup de maladies pédiatriques. Ce syndrome se manifeste principalement par l'oppression et la distension de l'épigastre et de l'abdomen, la douleur abdominale, le mauvais appétit ou même l'anorexie dans les cas sérieux. Si l'on ne traite pas à temps et efficacement, la croissance de l'enfant sera sérieusement affectée. Le massage est un moyen très efficace pour traiter ce syndrome.

L'étiologie et la pathogénie
II y a principalement trois aspects : l'alimentation déréglée, le vide du yang de l'estomac et le vide du yang de la rate.

LES CAUSES
·         La suralimentation est la cause la plus commune du déséquilibre. Les parents veulent voir leurs enfants bien manger. Il y a une croyance très répandue, qu'un enfant qui mange beaucoup, est un enfant qui est en bonne santé. En outre, beaucoup de parents font un lien subconscient entre l'amour et la nourriture : « Je donne à mon enfant autant de nourriture que d’amour j’ai pour lui. »
·         La régularité des repas : un bébé ou un enfant en bas âge a besoin de temps entre chaque repas afin d'assimiler la nourriture. En pratique clinique, on constate que les bébés qui sont alimentés sur demande et les enfants qui continuellement « grignotent», sont beaucoup plus enclins à des perturbations digestives. Il y a une citation en la médecine chinoise qui dit que « la Rate aime la régularité. » Une autre manière de dire que l’ Estomac doit être vider complètement avant d'être rempli à nouveau.
·         Type d’aliments : il peut sembler difficile de croire que les aliments « complets » sont peu assimilable par beaucoup d'enfants au-dessous de quatre ans. On constate que les enfants ont difficulté à digérer des aliments telles que le riz brun, le pain complet, les fruits, et les salades, et beaucoup trouvent également le pain de blé pour être non digeste. Ces aliments sont peu assimilables pour un enfant parce qu'il a simplement du mal digérer et à les assimiler, mettant une contrainte supplémentaire sur un système digestif déjà fragilisé.
·         Le sevrage précoce :  les enfants qui montrent un grand enthousiasme pour la nourriture et un grand intérêt pour une grande diversification alimentaire, sont souvent sevrés trop tôt et même avant que leur système digestif puisse faire face à cette nouvelle nourriture et surtout qu’elle n’est pas digérée correctement. Ceci peut être une cause d’un syndrome de stagnation.
·        Le stress : Les événements peuvent mettre à contribution l'enfant, physiquement, comme par exemple par se déplacer en permanence, donner un vaccin à l’enfant, ou vivre une émotion forte, comme un accident effrayant ou la mort d’un proche. L'effort qu’il va devoir fournir pour se défendre contre ces agressions, cette mobilisation énergétique, est une contrainte supplémentaire pour son Qi , et si l'enfant continue à manger de grandes quantités de nourriture, ceci peut mener a un syndrome de stagnation alimentaire en peu de temps .
·        Les vaccins :il faut préciser que les vaccins peuvent mener au syndrome de stagnation. Ceci se produit simplement parce que le Qi de l'enfant est temporairement réduit tandis qu'il fait face au vaccin. Si l'enfant continue à manger autant de nourriture qu'auparavant, la digestion sera incapable de faire face à toute la nourriture : il s'accumule dans l'Estomac et n'est pas digéré correctement.
Quand l'alimentation de l'enfant est déréglée, par exemple, trop de lait ou d'aliments lourds, la rate et l'estomac sont lésés, de sorte que le transport et la transformation sont déréglés, que la montée et la descente sont perturbées et que le lait ou les aliments sont retenus et s'accumulent. Quand le yang de l'estomac est prospère, les aliments ne stagnent pas. Par contre, quand le yang de l'estomac est vide, les aliments stagnent et s'accumulent, ce qui cause l'oppression et la distension épigastriques.

Quand le transport de la rate est harmonieux, la diffusion est normale. Quand le yang de la rate est vide, le transport et la transformation sont faibles, ce qui cause la rétention d'aliments avec la distension épigastrique et abdominale.

Les manifestations principales du syndrome de l'accumulation d'aliments sont :
·         l'oppression de la poitrine et de l'épigastre,
·         éructations
·         remontée d'acidité
·         selles odorantes ou pâteuses, contenant éventuellement des aliments non digérés,
·         mauvais appétit, 
·         douleur abdominale,
·        agitation
·        dans les cas sérieux , anorexie. 

Protocole général

Qing Banmen, Pijing, Sanguan , 200 fois, Refoulement du Liufu, 600 fois, Anfa suivi d’un tuifa du Sihengwen, Neilaogong, refoulement du Yinyang, Mofa du Duqi.                                

Explication
·         Qing Banmen et Pijing est couramment utilisée en cas d'accumulation d'aliments accompagnée de chaleur pour éliminer l'encombrement et fortifier la rate ;
·        Fuyinyang , Sanguan et Liufu, régularise le froid et la chaleur, favorise le qi et le sang et harmonise les organes et les entrailles ;
·        Yinyang de l'abdomen, Duqi, fortifie la rate, favorise la digestion et élimine l'accumulation et la distension ;

A rajouter :  manœuvres en fonction de la situation : vide du Qi de la Rate, Vide Froid, Plénitude Chaleur,…

En cas sévère : Sihengwen


lundi 21 novembre 2016

DOULEURS ARTICULAIRES ET CROISSANCE CHEZ L’ENFANT-生长痛中医科


Les douleurs de croissance touche les enfants de 3 à 6 ans et les jeunes de 8 à 14 ans. Elles se caractérisent par des douleurs aux mollets, aux cuisses et l’arrière des genoux.

Appelées en chinois moderne « Sheng Zhang Tong » (Sheng Zhang = croissance, Tong = douleur, 生长痛中医科), les douleurs de croissance désignent une douleur intermittente et épisodique qui peut durer plusieurs minutes voire plusieurs heures. Dans un petit nombre de cas, elle peut durer jour et nuit. Lors de son apparition, il n'y a pas d'autres signes positifs évidents dans l'ensemble du corps et sur les membres touchés. Une fois cette douleur passée, tout redevient normal pour l'enfant.

Les douleurs de croissance sont liées à une croissance rapide, à un surmenage et aux conditions climatiques.

Selon la théorie de la MTC, elle considère que «l’énergie du rein et de la rate » est à la racine de ce qui permet la croissance harmonieuse chez l’enfant. En dehors de l’aspect congénital, la diététique est une des premières causes. En effet, l’enfant ayant pour habitude de consommer beaucoup trop de produits trop gras, sucrés, grillés, fast-food, glace, boissons froides et autres, perturbent les fonctions de la rate et de l'estomac, ayant pour incidence sur l’appétit (peu), les selles (molles ou pâteuses) ainsi que d'autres symptômes, ont un impact indirect sur le développement du musculo- squelettique. Mais aussi la sédentarité de l’enfant, le stress scolaire et le manque d'exercice sont d'autres facteurs susceptibles de causer un ralentissement de la circulation du sang (stagnation de sang), et d’induire l’apparition de douleurs de croissance. Les douleurs de croissance se produisent souvent la nuit, les Chinois croient que le yin est froid la nuit, ce qui aggrave la situation et souligne un état de vide froid.
  
Si la douleur est plus sévère, ou associée à des problèmes de développement, tels que petit taille, embonpoint, trop mince, etc., un praticien de médecine chinoise pourra établir un « bian zheng » (diagnostic chinois), et mettre en évidence le problème selon les différentes conditions physiques de chaque enfant et pouvoir équilibrer les déséquilibre par des conseils diététiques, moxibustion, tuina.

L'application de ROUFA sur  peut également être utilisé sur Sanyinjiao, Chengshan, Yanglingquan, Zusanli non seulement peuvent soulager les douleurs de la croissance, mais aussi de promouvoir à la fois la croissance et le développement.

La localisation de ces douleurs sont surtout révélées sur les canaux yang: shaoyang, yangming, taiyang.

Les canaux (Jing Luo) sont les voies de communication entre la superficie (Biao) et la profondeur (Li), ainsi qu'entre toutes les régions du corps et les viscères (entrailles et organes). Lorsque le système des canaux principaux et secondaires fonctionne normalement, le sang et l'énergie (Qi et Xue) sont en harmonie, les fonctions physiologiques des divers viscères sont maintenues normalement, et la fonction de relation des membres est aussi normalement saine et robuste. Lorsque la circulation des divers canaux est entravée par une quelconque obstruction, énergie et sang perdent leur harmonie, et des lésions peuvent apparaître au niveau des membres comme des viscères, par manque de nutrition normale.

Tendons (contractilité musculaire, 筋脉收缩) et os (gu 骨), dont dépendent les activités des articulations, sont intimement liés au foie et aux reins. Tous dépendent de la qualité et de la quantité de Qi et de Xue qui les entretiennent et les nourrissent.
Si le sang du foie est suffisant, les tendons sont bien nourris et si les reins sont sains, les os sont forts. Ainsi, l'essence (Jing) des reins et l'état du foie sont en relation directe avec le développement des os, des tendons et des muscles.

Les traumatismes des tendons (et muscles) comme des os peuvent léser l'énergie et le sang, ainsi que le foie et les reins. L'état de l'énergie de ces organes sera donc déterminant dans le processus de récupération post-traumatique, en ce qui concerne les atteintes osseuses et musculo-tendineuses.

Selon le Ling Shu : « Au niveau des membres, les endroits les plus importants pour la circulation de l'énergie et du sang sont les coudes, les aisselles, les hanches et les creux poplités, quand les organes et les entrailles sont attaqués par les « pervers » (Xie), ces articulations sont également atteintes. »

Dans Su Wen, on trouve : « Le foie conserve le sang, il domine les tendons et les muscles, si le sang du foie est abondant, tendons et muscles peuvent exercer leur activité normale, dans le cas contraire, des anomalies se manifesteront. » L'extension et la flexion des articulations sont en relation avec le foie, lorsque celui-ci est atteint, il y a des spasmes, des crampes, des courbatures.
Ainsi, comme le foie est en relation étroite avec la fonction musculaire, les os, la moelle et le cerveau sont liés avec les reins, ils ont une source commune…Si la moelle est abondante, les os et les membres sont sains et robustes ; dans le cas contraire, il sont faibles et atrophiés.

Les syndromes les plus courants:
  • Vide de Rein
  • Vide de Rate
  • Vide de Sang et de Qi
  • Nouures du Qi du Foie
Caractéristiques des douleurs de croissance

Entre 3 et 8 ans : l'enfant grandit d'environ 6 cm par an. Leurs os et leurs muscles s'allongent progressivement.

A la puberté : les garçons peuvent en effet pousser d'1 cm par mois.
Les filles atteignent leur pic de croissance au moment de la survenue des premières règles.

Pendant ces phases de croissance, des douleurs peuvent survenir :
  • Elles se manifestent majoritairement la nuit, en phase de sommeil : l'hormone de croissance est sécrétée pendant le sommeil.
  • Elles sont localisées surtout au niveau des jambes : elles touchent les parties avants des deux jambes simultanément ou alternativement.
  • Les douleurs surviennent lors de crises qui durent quelques minutes, voire 1 h et la plupart du temps, se résorbent seules.
À noter : ces douleurs se manifestent plus fréquemment chez les enfants très actifs, ceux qui sont plutôt souples et ceux qui présentent des prédispositions (cas de douleurs de croissances constatés dans leur famille par exemple).

La tendinite chez l’enfant est rare (le tendon chez l’enfant résiste bien à la mise en tension) par contre il peut s’agir d’un traumatisme tendineux.
Il ne faut pas parler de tendinite chez l’enfant mais plutôt d’ostéochondroses de croissance également appelées ostéochondrites ou apophysites.

Là où l’adulte aura une tendinite, l’enfant aura une ostéochondrose c’est-à-dire un trouble de l’ossification de certains cartilages de croissance soumis à des efforts excessifs, brutaux et répétés en tractions ou compressions, surtout des membres inférieurs et du dos en appels et réceptions de sauts, changements brutaux de direction, départ de sprint, shoots, moins souvent des membres supérieurs. Les ostéochondroses représentent 80% des micro-traumatismes chroniques de l’enfant.

Les localisations de ces tendinites/ ostéochondroses:
Coude : des atteintes peuvent aussi exister chez de jeunes joueurs de tennis, lanceurs de javelots et chez des gymnastes.

Rachis : avulsion chondro-discale donnant des encoches aux coins antérieurs des vertèbres, enfoncement des plateaux de croissance conduisant à une déformation en coin des vertèbres (cunéïformisation) et à des déformations invétérées en cyphose.

Bassin : arrachements de l’épine iliaque antérieure ou de la tubérosité ischiatiques. ll donne un tableau de déchirure musculaire. A distance, ils peuvent laisser des calcifications qui, chez l’adulte, peuvent ressembler à des images de cancer des os. Il est donc important d’en bien prévenir le patient et de noter l’accident dans le carnet médical.

Tendinite du genou : au niveau de la tubérosité tibiale antérieure, la maladie d’Osgood-Schlatter. Elle se situe juste sous le genou, à l’endroit où le quadriceps, muscle le puissant de la cuisse s’accroche. Apparaît vers 14 à 16 ans 

Pied : calcanéum (talalgie de Sever) : l’âge de survenue est fonction de l’emplacement des poussées de croissance qui fragilise le cartilage qui grandit. Apparaît plus volontiers vers 9 ou 10 ans car le talon grandit beaucoup ;

Les signes à rechercher impérativement
  • La fièvre ou une altération de l’état général
  • Un réveil nocturne
  • Une fonte musculaire -amyotrophie
  • Un gonflement articulaire
  • Une adénopathie (ganglions lymphatiques), la rate est normale.
  • Un bilan biologique avec une numération de la formule sanguine, la vitesse de sédimentation et une C-Reactive Protein (à la recherche d’un signe infectieux, inflammatoire ou d’une leucémique).
La maladie d'Osgood-schlater
La maladie d'Osgood-Schlatter est une affection du genou ; c'est une apophysose aussi appelée « ostéochondrose tibiale antérieure » puisqu'il s'agit d'une souffrance de l’insertion basse du ligament rotulien au niveau de la tubérosité tibiale antérieure. La douleur résulte de micro-traumatismes répétés exercés sur le tissu cartilagineux de croissance de la tubérosité tibiale antérieure par l'intermédiaire du ligament rotulien. Elle touche principalement l'enfant sportif, et se manifeste par une douleur de la face antérieure du genou. La maladie a été décrite en 1903 par les Drs Osgood et Schlatter, chacun de leur côté.

La maladie d'Osgood-Schlatter est une cause banale de douleur du genou chez le grand enfant et l'adolescent sportif. Elle affecte essentiellement le jeune garçon sportif entre 12 et 15 ans1 mais peut débuter dès 8 ans . Elle toucherait près de 20 % des enfants sportifs, et 5 à 10 % des enfants non sportifs2. Elle serait bilatérale dans un tiers des cas.

Diagnostic
La tubérosité tibiale antérieure, à la face antérieure du genou, est le siège de la douleur.
L'examen clinique suffit à assurer le diagnostic. Initialement l'enfant présente une boiterie après le sport. Puis la douleur peut s'intensifier et devenir permanente, présente même au repos. La douleur siège à la face antérieure du genou, au niveau de la tubérosité tibiale antérieure (TTA). À la palpation, celle-ci est tuméfiée, sensible voire douloureuse. Le genou lui-même, ainsi que la rotule, sont indolores.

La maladie de Sever
Cette maladie est une ostéochondrite du pied. Dénommée également « apophysite postérieure calcanéenne » ou « ostéochondrite juvénile du calcanéum » elle affecte l'apophyse postérieure du calcanéum chez le pré-adolescent. Il s'agit d'un trouble de la croissance du noyau secondaire d'ossification postérieure du calcanéum, en rapport avec un surmenage du pied. Elle est superposable à la maladie d'Osgood-Schlatter au niveau du genou. Elle se manifeste chez l'enfant en période de croissance (8 à 16 ans), avec un pic entre 12 et 15 ans.

Physiopathologie
La maladie de Sever est directement liée à la surexploitation de l'os par le tendon d'Achille (ou tendon calcanéen) ce qui est fréquent chez l'enfant physiquement actif. Cela peut provenir des activités sportives telles que le tennis, la danse, le football ou toute autre activité impliquant des mouvements intenses ou des impulsions répétées du talon4, la pratique pieds nus d'une activité comme la gymnastique est un facteur favorable à son apparition. La maladie apparaît généralement lorsque l'enfant fait la découverte d'une nouvelle activité sportive, ou au début d'une nouvelle saison. Les enfants ou pré-adolescents déclarant la maladie sont dans une phase de croissance où l'os du talon, le calcanéum, pousse plus vite que ceux de la jambe : c'est la période d'ossification de l'apophyse postérieure du calcanéum qui débute aux alentours de l'âge de 9 ans. Leurs os et tendons étant encore en développement un poids trop élevé sur le talon peut également la provoquer, elle se manifeste aussi plus fréquemment chez les enfants en sur-poids.

Signes et symptômes
L'enfant souffre d'une sensibilité à la palpation et se plaint d'une douleur derrière le talon (talalgie) qui s'aggrave au cours de la marche ou d'un effort sportif, et s’atténue au repos (douleur mécanique). Les douleurs sont plutôt localisées au niveau de l'insertion du tendon d'Achille sur le calcanéum, et peuvent irradier sur les faces latérales du talon, le long du tendon d'Achille ou sur la partie inférieure du talon8 vers la plante du pied. La marche sur la pointe des pieds, qui soulage la douleur, voire la boiterie sont signes qu'il faut rechercher car elle peut entraîner une rétraction du tendon d'Achille[réf. nécessaire]. La pression de la face postérieure du talon déclenche la douleur. L'atteinte est bilatérale dans la plupart des cas.

Examens complémentaires
La radiographie montre parfois une fissuration et une fissuration du noyau d'ossification, signes non spécifiques. L'intérêt d'un tel examen est d'écarter une autre pathologie.

Les diagnostics différentiels sont une fracture du calcanéum, une tendinite d'Achille, une ostéomyélite entre autres.

Le traitement est symptomatique et consiste en un arrêt des activités sportives, des techniques d'étirement du mollet (muscle triceps sural). Des complications vers un arrachement apophysaire sont abordées mais ces arrachements n'ont jamais pu être démontrés consécutifs à la maladie. Les douleurs s'amendent en quelques semaines et peuvent réapparaître par crise pour définitivement disparaître en fin de croissance.

La maladie de Singing-larsen
Plus communément appelée « le genou du sauteur », est une déformation de la pointe de la rotule.C'est une ostéochondrite de l'apex rotulien. Elle peut donner une inflammation du tendon rotulien. Elle arrive à cause d'une activité sportive très intense ou lors de la croissance quand un adolescent grandit trop vite.



Maladie de Sheuermann
La maladie de Scheuermann rachidienne se caractérise par une accentuation de la cyphose dorsale et une atteinte spécifique de plusieurs vertèbres consécutives.
Elle survient pendant la phase de croissance pubertaire du rachis, le plus souvent au niveau des vertèbres dorsales ou thoraciques (D4 à D8), entre 12 et 18 ans, principalement chez le garçon.


LA DOULEUR LIEE AU SPORT CHEZ L'ENFANT

Le sport est à l'origine de traumatismes aigus (fractures, entorses, arrachements apophysaires) et de traumatismes chroniques (ostéochondroses, tendinites, troubles de la croissance locale). Ces pathologies sont directement liées à la croissance.

Les problèmes auxquels doit faire face le praticien de tuina sont : le Bian Zheng des douleurs, ne pas méconnaître la physiologie de l’enfant, enfin faire de la prévention si possible.

En quoi le squelette ostéo-articulaire est-il différent chez l’enfant?

L’une des erreurs souvent commise est de voir l’enfant comme un adulte en miniature. En fait l’anatomie et la structure de son corps sont fort différentes.

Il faut voir l’enfant plutôt comme une mosaïque de cartilages de conjugaison.
  • Les cartilages de croissance constituent des zones de fragilité.
  • La structure osseuse est plus fragile : la vitesse de croissance n’est pas la même entre les membres (régulière) et le tronc (pic), ce qui crée un déséquilibre.
  • L’enveloppe de l’os, le périoste, est plus solide, ce qui protège l’enfant des fractures déplacées.
  • Les tendons et ligaments sont plus sains et plus robustes.

Les étapes de croissance des os de la main, du bébé à l’âge adulte, fournissent de précieux
indices pour déterminer l’âge d’une personne. © Dorling Kindersley Encyclopedia, 1995

En conséquence, chez l’enfant, on ne retrouve jamais de tendinite, jamais de claquages, peu d’entorses graves. Par contre les arrachements des insertions tendineuse sont fréquents, les fractures sont fréquentes et bénignes, sauf quand elles touchent les articulations (décollement épiphysaire), avec un risque ultérieur pour la croissance.

Les causes : une hyper sollicitation localisée, souvent au niveau des membres inférieurs, qui provoque une inflammation chronique d’une zone d’insertion tendineuse. Les plus connues sont la maladie d’Osgood, au niveau de la tubérosité tibiale antérieure, et la maladie de Sever au calcanéum, mais il en existe de nombreuses autres localisations. Elles touchent les enfants dans leur période de maturation osseuses, donc entre 8 et 15 ans.

Mais aussi comme facteurs favorisants, un échauffement insuffisant ou l’utilisation d’un matériel inapproprié.

Toutes ces lésions sont décelées par la présence d’une douleur, en milieu ou fin d’activité sportive, puis de plus en plus précoce jusqu’à devenir parfois une douleur de repos. Un diagnostic médical avec examens radiologiques est conseillé si les douleurs sont très importantes.

Le traitement consiste en un repos sportif relatif, c’est-à-dire une pratique sportive autorisée tant qu’elle n’engendre pas de douleur. Il est parfois difficile à obtenir chez les enfants très actifs (escaliers, cour de récréation, jeux à la maison) ou à l’inverse chez ceux qui instrumentalisent leur douleur pour obtenir une dispense définitive de sport …

La pratique du sport n’est pas toujours synonyme de sérénité et d’équilibre psychologique:
- des troubles du sommeil
- une baisse de résultats scolaires
- des troubles alimentaires
- des troubles du comportement : difficulté à gérer la pression lors d’une rencontre sportive par exemple. Ils sont souvent la conséquence de la pression mise par les parents (plus que par l’entraîneur). La prévention repose sur le dépistage de ces signes d’alarme, par une écoute disponible à la fois des enfants et de leur famille.

Physiopathologie
1 • Fragilité du cartilage épiphysaire
2 • Plasticité osseuse : épaisseur du périoste (-> 10-12mm)
3 • Traction permanente des muscles contracturés (cordons myalgiques systématiques) sur les apophyses fragilisées : décollement progressif de ces apophyses
4 • Conséquence : une désinformation du système de contrôle par les appareils tendineux de Golgi, à l’origine d’une augmentation de la contraction musculaire.

Techniques
 Supprimer les contraintes mécaniques par :
  • Techniques issues de la pédiatrie sino-japonaise
  • Gunfa, Tuifa, Nafa sur les MTM en rapport avec les grands systèmes de canaux.
  • Techniques Anfa sur les points jusqu’à relâchement des canaux tendino-musculaires concernés
  • Techniques de recentrage articulaire par manipulations non forcées (glissé articulaire) : banfa.
Remarque
Les inégalités de longueur des membres inférieurs sont fréquentes !

L'alimentation

L’alimentation est très importante. L’exercice musculaire chez l’enfant a un coût énergétique supérieur à l’adulte. La croissance elle-même est consommatrice. La fréquence cardiaque est supérieure à celle de l’adulte, à effort équivalent. La réponse métabolique est différente de celle de l’adulte, l’enfant est plus exposé à l’hypoglycémie lors de l’effort prolongé. Il faut donc être très vigilant à l’état nutritionnel.

Conclusion
Le sport doit donc être prescrit, encouragé et expliqué, pour que l’enfant apprenne par le sport à gérer sa santé en harmonie avec ses désirs et ses possibilités psychiques et corporelles.

L'enfant croît en moyenne de 6 cm par an avant la puberté et de 12 cm par an en période pubertaire. Ces transformations portent sur une modification rapide de la masse corporelle, de la longueur des segments, du centre de gravité et de la force musculaire. Cette croissance rapide, asynchrone, asymétrique, implique une adaptation constante qui se traduit dans les faits par une "maladresse" obligatoire (troubles de l'équilibre, mauvaise différenciation musculaire, etc.).

Conseils
  • Savoir écouter et respecter les plaintes douloureuses des enfants.
  • Faire du sport, mais un sport adapté ! Il y a toujours un sport adapté à un enfant
  • Ne pas stimuler la compétition et les défis, proscrire tout langage guerrier ou agressif. Les enfants se développent par imitation.
  • Encourager le port des équipements de protection et montrer l'exemple de pratiques sécuritaires et non téméraires où l’exploit est survalorisé.
Sources
http://www.u-s-e-p.org/
http://www.cch.org.tw/
https://douleurs-musculaires.ooreka.fr/
http://fpswda.free.fr
wikipédia
Zhong Guo Zhen Jiu (L’Acupuncture-Moxibustion de Chine) 1/2001 p. 38.